Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


E Oliver, li proz e li vaillanz,
Li .XII. per, qui Carles amat tant,
De cels de France .XX. milie cumbatanz.
Trestuz les altres ne pris jo mie un guant.
3190Li empereres repairet virement,
Sil m’at nunciet mes mès, li Sulians,
.X. escheles..... mult granz.
Cil est mult proz ki sunet l’olifant :
D’un graisle cler racatet ses cumpaignz
3195E si cevalcent el premer chef devant,
Ensembl’od els .XV. milie de Francs,
De bachelers que Carles cleimet enfanz.
Après icels en i ad ben altretanz.
Cil i ferrunt mult orgoillusement. »
3200Dist Malpramis : « Le colp vos en demant. » AOI

CCXXXI

« Filz Malpramis, Baligant li ad dit,
« Jo vos otri quanque m’avez ci quis.
Cuntre Franceis sempres irez ferir,
Si i merrez Torleu, le rei persis,
3205E Dapamort, un altre rei leutiz.
Le grant orgoill se ja puez matir,
Jo vos durrai un par de mun païs
Dès Cheriant entresqu’en Val Marchis. »
Cil respunt : « Sire, vostre mercit ! »
3210Passet avant, le dun en requeillit,
Ço est de la terre ki fut al rei Flurit
A itel ore : unches puis ne la vit,
Ne il n’en fut ne vestut ne saisit.