Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ensembl’ od li si clerc e si canonie
De false lei que Deus nen amat unkes :
Ordres nen unt ne en lor chefs corones.
3640Quant ele vit Arrabiz si cunfundre,
A halte voiz s’escrie : « Aiez nos, Mahum !...
E ! gentils reis, ja sunt vencuz noz humes,
Li amiralz ocis a si grant hunte ! »
Quant l’ot Marsilie, vers sa pareit se turnet,
3645Pluret des oilz, tute sa chere enbrunchet ;
Morz est de doel, si cum pecchet l’encumbret.
L’anme de lui as vifs diables dunet. AOI.

CCLXV

Paien sunt morz, alquant.....
E Carles ad sa bataille vencue.
3650De Sarraguce ad la porte abatue :
Or set il ben que n’est mais defendue.
Prent la citet, sa gent i est venue :
Par poestet icele noit i jurent.
Fiers est li reis a la barbe canue.
3655E Bramidonie les turs li ad rendues :
Les dis sunt grandes, les cinquante menues.
Mult ben espleitet qui Damnesdeus aiuet.

CCLXVI

Passet li jurz, la noit est aserie ;
Clere est la lune e les esteiles flambient.
3660Li emperere ad Sarraguce prise.
A mil Franceis funt ben cercer la vile,
Les sinagoges e les mahumeries ;
A mailz de fer e a cuignees qu’il tindrent,