Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


3720Pert la culor, chet as piez Carlemagne,
Sempres est morte. Deus ait mercit de l’anme !
Franceis barons en plurent e si la pleignent.

CCLXIX

Alde la bel’ est a sa fin alee.
Quidet li reis que el se seit pasmee ;
3725Pited en ad, sin pluret l’emperere ;
Prent la as mains, si l’en ad relevee.
Desur les espalles ad la teste clinee.
Quant Carles veit que morte l’ad truvee,
Quatre cuntesses sempres i ad mandees :
3730A un muster de nuneins est portee ;
La noit la guaitent entresqu’a l’ajurnee.
Lunc un alter belement l’enterrerent.
Mult grant honur i ad li reis dunee. AOI.

CCLXX

Li emperere est repairet ad Ais.
3735Guenes li fels, en caeines de fer,
En la citet est devant le paleis ;
A un’ estache l’unt atachet cil serf.
Les mains li lient a curreies de cerf ;
Tres ben le batent a fuz e a jamelz :
3740N’ad deservit que altre ben i ait ;
A grant dulur iloec atent sun plait.

CCLXXI

Il est escrit en l’ancienne geste
Que Carles mandet humes de plusurs teres.
Asemblez sunt ad Ais, a la capele.