Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


3745Halz est li jurz, mult par est grande la feste,
Dient alquanz del baron seint Silvestre.
Dès ore cumencet le plait et les noveles
De Guenelun, ki traïsun ad faite.
Li emperere devant sei l’ad fait traire. AOI.

CCLXXII

3750« Seignors barons, » dist Carlemagnes li reis,
« De Guenelun car me jugez le dreit !
Il fut en l’ost tresqu’en Espaigne od mei,
Si me tolit .XX. milie de mes Franceis
E mun nevold, que ja mais ne verreiz,
3755E Oliver, li proz e li curteis ;
Les .XII. pers ad traït por aveir. »
Dist Guenelon : « Fel seie se jol ceil !
Rollant me forfist en or e en aveir,
Pur que jo quis sa mort e sun destreit ;
3760Mais traïsun nule n’en i otrei. »
Respundent Franc : « Ore en tendrum cunseill. »

CCLXXIII

Devant le rei la s’estut Guenelun.
Cors ad gaillard, el vis gente color ;
S’il fust leials, ben resemblast barun.
3765Veit cels de France e tuz les jugeürs,
De ses parenz .XXX. ki od lui sunt ;
Puis s’escriat haltement, a grant voeiz :
« Pur amor Deu, car m’entendez, barons !
Seignors, jo fui en l’ost avoec l’empereür,
3770Serveie le par feid e par amur.
Rollant sis niés me coillit en haür,