Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


3905Jamais n’ert jur que il n’en seit parlet.
Dist Pinabel : « Ne placet Damnedeu !
Sustenir voeill trestut mun parentet ;
N’en recrerrai pur nul hume mortel ;
Mielz voeill murir qu’il me seit reprovet. »
3910De lur espees cumencent a capler
Desur cez helmes, ki sunt a or gemez :
Cuntre le ciel en volet li fous tuz clers.
Il ne poet estre qu’il seient desevrez :
Seinz hume mort ne poet estre afinet. AOI.

CCLXXXV

3915Mult par est proz Pinabel de Sorence,
Si fiert Tierri sur l’elme de Provence :
Salt en li fous, que l’erbe en fait esprendre.
Del brant d’acer la mure li presentet.
Desur le frunt li ad faite descendre,
3920Par mi le vis.....
La destre joe en ad tute sanglente,
L’osberc del dos josque par sum le ventre.
Deus le guarit, que mort ne l’acraventet. AOI.

CCXXXVI

Ço veit Tierris que el vis est ferut :
3925Li sancs tuz clers en chiet el pred herbus.
Fiert Pinabel sur l’elme d’acer brun,
Jusqu’al nasel li ad frait e fendut,
Del chef li ad le cervel espandut,
Brandit sun colp, si l’ad mort abatut.
3930A icest colp est li esturs vencut.