Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le glorius que devuns aürer !
125Iço vus mandet reis Marsilies li bers :
Enquis ad mult la lei de salvetet.
De sun aveir vos voelt asez duner,
Urs e leuns e veltres enchaignez,
Set cenz cameilz e mil hosturs muez,
130D’or e d’argent .IIII. cenz muls trussez,
Cinquante care que carier en ferez ;
Tant i avrat de besanz esmerez
Dunt bien purrez voz soldeiers luer.
En cest païs avez estet asez ;
135En France ad Ais devez bien repairer.
La vos sivrat, ço dit, mis avoez. »
Li empereres tent ses mains vers Deu,
Baisset sun chef, si cumencet a penser. AOI.

X

Li empereres en tint sun chef enclin.
140De sa parole ne fut mie hastifs,
Sa custume est qu’il parolet a leisir.
Quant se redrecet, mult par out fier lu vis ;
Dist as messages : « Vus avez mult ben dit.
Li reis Marsilies est mult mis enemis :
145De cez paroles que vos avez ci dit,
En quel mesure en purrai estre fiz ?
— Vos par hostages », ço dist li Sarrazins,
« Dunt vos avrez u dis u quinze u vint.
Pa num d’ocire i metrai un mien filz
150E sin avrez, ço quid, de plus gentilz.
Quant vus serez el palais seignurill,
A la grant feste seint Michel del Peril,