Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


El destre braz li morst uns uers si mals.
Devers Ardene vit venir uns leuparz,
Sun cors demenie mult fierement asalt.
730D’enz de sale uns veltres avalat,
Que vint a Carles lé galops e les salz.
La destre oreille al premer uer trenchat,
Ireement se cumbat al lepart.
Dient Franceis que grant bataille i ad ;
735Il ne sevent liquels d’els la veintrat.
Carles se dort, mie ne s’esveillat. AOI.

LVIII

Tresvait la noit e apert la clere albe.
Par mi cel host. . . . . . . . . . . . . . .
Li empereres mult fierement chevalchet.
740« Seignurs barons, » dist li emperere Carles,
« Veez les porz e les destreiz passages !
Kar me jugez ki ert en la rereguarde. »
Guenes respunt : « Rollant, cist miens fillastre :
N’avez baron de si grant vasselage. »
745Quant l’ot li reis, fierement le reguardet,
Si li ad dit : « Vos estes vifs diables.
El cors vos est entree mortel rage.
E ki serat devant mei en l’ansguarde ? »
Guenes respunt : « Oger de Denemarche :
750N’avez barun ki mielz de lui la facet. »

LIX

Li quens Rollant, quant il s’oït juger, AOI.
Dunc ad parled a lei de chevaler :
« Sire parastre, mult vos dei aveir cher :