Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
96

nomie, à celles des éclipses et à la recherche des comètes. Nommé plus tard par le crédit de Delisle, commis du dépôt des cartes de la marine, avec des appointemens de 500 francs par année, il reçut en outre de son protecteur le logement et la table. Celui-ci, qui croyait avoir suffisamment payé les travaux de son élève, garda pour lui les observations que Messier fit sur les comètes de 1758, 1759 et 1760.

Lorsque le vieil astronome abandonna la science pour la dévotion, Messier, devenu plus libre, s’occupa de ses recherches favorites avec plus d’ardeur et de succès ; et, pendant quinze ans, presque toutes les comètes qui furent découvertes, le furent par lui seul.

Il fut élu successivement aux académies de Berlin et de Pétersbourg, et en 1770, à celle de Paris ; déjà depuis quelque temps son titre de commis avait été changé en celui d’astronome de la marine.

Cependant les blessures les plus graves, causées par une chute terrible, vinrent interrompre ses travaux pendant plus d’un an. Devenu académicien pensionnaire à son tour, il vit supprimer quelques