Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
14

qu’on a la certitude que les rois Francs, qui ont succédé aux empereurs romains dans la propriété de ce palais, possédaient de même et retenaient sous leur censive, ces divers emplacemens.

On ne connaît pas bien les limites de ce palais à l’ouest : il est probable qu’il s’arrêtait à la ligne tracée actuellement par la rue de la Harpe. À l’est, il était borné par la voie d’Arcueil à Paris (aujourd’hui la rue Saint-Jacques).

Au nord, les bâtimens se prolongeaient jusqu’à la rive gauche de la Seine. M. de Caylus, qui a soigneusement exploré les traces de ces constructions antiques, assure que dans les caves des maisons situées entre la rivière et les restes du palais des Thermes, on trouve des piliers et des voûtes de maçonnerie romaine : il ajoute, qu’a-