Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
23

pense[1] qu’il devait se prolonger au midi jusqu’à la rue du FourE.

Telle est la seule description que l’on puisse donner du palais des Thermes, de ses jardins et de son aqueduc, d’après les documens peu nombreux que l’histoire nous en a conservés.

Ce n’est guère que depuis environ 700 ans que les restes de ce palais portent le nom de Palais des Thermes. Ce nom lui vient, à n’en pas douter, de la destination de la salle, qui seule est restée debout ; mais il ne saurait convenir, je crois, à l’ensemble de l’édifice ; tel qu’il existait sous la domination romaine et du temps des rois Francs ; car l’appartement des bains ne devait être qu’une partie accessoire, qu’une dépen-

  1. Histoire de Paris, T. 1er, pag. 121 et 125.