Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
73

cet horrible massacre : « Childebert envoya une personne de confiance à (son frère) Chlotaire, roi de Soissons, pour l’engager à venir le trouver afin de résoudre ensemble s’ils feroient mourir leurs neveux, ou s’ils se contenteraient de les dégrader en leur coupant les cheveux… Chlotaire ne tarda pas à se rendre à Paris… Ils firent courir le bruit que le résultat de leur entrevue avoit été de faire proclamer rois les fils de Chlodomir, et envoyèrent les demander à Chlotide (leur aïeule) qui demeuroit dans la ville (dans la Cité) pour les élever sur le pavois. Cette bonne reine, transportée de joie, fit venir les petits princes, dont le plus âgé n’avait que dix ans, dans son appartement, et après avoir eu attention de les faire manger : Allez, mes enfans, leur dit-elle en les embrassant, allez trouver vos oncles ; si je puis vous voir sur le trône de votre père, j’oublierai que j’ai perdu ce cher fils… Chlotaire après les avoir poignardés de sa propre main, monta tranquillement à cheval pour retourner à Soissons : Childebert se retira dans le faubourg : In suburbana concessit. »

Néanmoins l’un des trois fils de Chlodomir échappa