Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
75



Note J (Page 28).


Charlemagne demeura, sans aucun doute, au palais des Thermes ; mais il ne dut y faire que de courts séjours ; car on sait que dans l’intervalle de ses expéditions militaires, il habitait ordinairement Aix-la-Chapelle. C’est peut-être pendant sa résidence temporaire dans l’antique demeure des empereurs romains, qu’il surprit les amours de sa fille et d’Eginhard, son secrétaire et son ministre. « Ce fut pour ce prince un étrange spectacle, dit Mercier[1], lorsque levé de trop grand matin, se promenant dans sa chambre, et jetant les yeux sur une petite cour de son palais, il aperçut à travers les fenêtres, à la lueur du crépuscule, la princesse, sa seconde fille, les pieds dans la neige, et portant sur son dos le premier ministre. Près de succomber sous ce fardeau, elle le transportait courageusement à l’autre bout de la cour : ainsi on n’aurait pu découvrir sur la neige des pas d’homme, et le secret de leurs amours était gardé. Le sage empereur jugea que la sévérité ferait éclater la honte de sa fille,

  1. Voyez le Tableau de Paris.