Page:Belin - Le palais des thermes et l’hôtel de Cluny.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
82

et saint Hugues (en 1049). La prospérité de l’ordre s’accrut de jour en jour ; et au xiie siècle, il était devenu si florissant et si célèbre, qu’il comptait près de deux mille monastères répandus en France, en Allemagne, en Italie, en Angleterre, en Espagne et jusques dans l’Orient.

L’abbaye de Cluny a donné à l’Église les souverains pontifes Urbain II, Grégoire VII, et Paschal II, ainsi que plusieurs cardinaux, archevêques et évêques. Les prélats les plus éminens se sont honorés du titre d’Abbés de Cluny ; parmi les plus illustres, on cite les cardinaux Jean et Charles de Lorraine ; dom Claude de Guise (bâtard de la maison de Lorraine) ; le cardinal de Guise, Louis de Lorraine ; le cardinal Armand-Jean Duplessis de Richelieu, ministre d’État ; Armand de Bourbon, prince de Conti ; le cardinal Jules Mazarin ; le cardinal Renaud d’Est ; Emmanuel-Théodose de la Tour d’Auvergne, cardinal de Bouillon, grand aumônier de France ; le cardinal de Larochefoucault, archevêque de Rouen, etc.

Les papes et les rois se plurent souvent à donner à cette abbaye des témoignages éclatans de leur affection et de leur estime : c’est ainsi que le pape Ca-