Page:Benson - La nouvelle aurore, 1915.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nant, se se revêtit elle-même d’une mystérieuse et charmante douceur.

— Eh ! bien, écoutez moi attentivement ! commença le mourant. Je vais vous raconter ce que je viens de voir…

FIN