Page:Bergerat - Contes de Caliban, 1909.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ce voyageur n’était certainement pas méchant, et peut-être compatissait-il ; mais il riait, il riait malgré lui, et, plus je gémissais, plus je me roulais sur les banquettes, plus je jurais, sacrais, maudissais le sort, plus son hilarité croissait et le secouait de la tête aux pieds. En sortant de Chartres, il était arrivé au comble de l’accès ; il s’était cramponné à la traverse du filet, et il se tordait littéralement dans les convulsions. C’était le moment où il venait de se produire dans ma molaire un phénomène de douleur telle, que je ne saurais le comparer qu’à une éruption du Vésuve.

« Alors… mais je ne sais plus rien. Je ne vois plus. La sensation me reste d’avoir bondi comme un tigre, d’avoir empoigné quelque chose de gros, de mou et de cylindrique, et d’avoir serré frénétiquement, avec une force colossale. Voilà tout. A présent, je suis guéri, vous avez la molaire sous les yeux, vous pouvez vous rendre compte. Moi, je ne le peux pas. Je pleure Dupont et je le hais encore. S’il y a crime, jugez-moi. Prenez ma tête et qu’on la tranche. On doit moins souffrir.

Et ceci dit, il se tut. La délibération du jury fut très brève, pas un des jurés n’alignait