Page:Bergerat - Souvenirs d’un enfant de Paris, vol. 1, 1911, 3e mille.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


TROISIÈME PARTIE



I

LA PREMIÈRE RENCONTRE


C’est au mariage de Georges Charpentier avec Mlle Marguerite Lemonnier, au printemps de 1872, que je fis connaissance avec mon maître.

Il était, avec Pierre Lanfrey, le témoin du marié, fils de son éditeur. Francisque Sarcey et une autre personnalité que je ne retrouve plus dans ma mémoire représentaient le camp adverse. On devait se rencontrer dans une propriété du père de l’épousée, entre Orsay et Limours, à mi-chemin d’une côte fort montueuse que j’avais gravie bien des fois en allant voir ma grand’mère, à Limours même, en Hurepoix. Cette maison de campagne avait pour nom Saint-Cler.