Page:Berlioz - Traité d’instrumentation et d’orchestration.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ces cordes, lorsque les doigts de la main gauche n’en modifient pas le son en raccourcissant plus ou moins la portion que l’archet met en vibration, s’appellent cordes à vide. On indique les notes qui doivent être faites à vide par un o placé au dessus d’elles.

Quelques grands virtuoses et compositeurs n’ont pas cru devoir s’astreindre à cette manière d’accorder le Violon. Paganini, pour donner plus d’éclat à l’instrument haussait toutes les cordes d’un demi ton, et, transposant en conséquence la partie récitante, il jouait en Ré naturel quand l’orchestre était en Mi bémol, en La naturel quand l’orchestre était en Si bémol, &c., conservant ainsi la plupart de ses cordes à vide, dont la sonorité est plus grande que celles sur lesquelles les doigts sont appuyés, dans des tons elles n’auraient pu figurer avec l’accord ordinaire.


\relative c'{
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  <as es' bes' f'>1
  \bar "||"
}

De Bériot hausse souvent d’un ton le Sol seulement dans ses concertos.

Baillot, au contraire, baissait quelquefois le Sol d’un demi ton pour des effets doux et graves.

Winter a même employé, au lieu du Sol, le Fa naturel, dans la même intention.

Eu égard au point d’habileté sont aujourd’hui parvenus nos jeunes violonistes, voici l’étendue qu’on peut donner au violon dans un orchestre bien composé :


\relative c'{
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  g4 a b c d e f_"Avec tous les intervalles chromatiques." g a b c d e f g a b c d e f g a b c
  \bar "||"
}


Les grands virtuoses portent encore de quelques notes au delà l’étendue du Violon dans le haut, et on peut, même à l’orchestre, obtenir une beaucoup plus grande acuïté au moyen des sons harmoniques dont nous parlerons tout à l’heure.

Les trilles sont praticables sur tous les degrés de cette vaste échelle de trois octaves et demie ; mais il faut redouter l’extrême difficulté de ceux qu’on placerait sur les trois dernières notes suraigues La, Si, Ut, je crois même qu’à l’orchestre il serait prudent de ne pas les employer.

Il faut éviter aussi autant que possible le trille mineur sur la 4e corde, du Sol au La bémol, il est dur et d’un effet peu agréable.

EXEMPLE.

\relative c'{
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  \override Staff.TextScript #'outside-staff-priority = #20
  g1^\markup{\musicglyph #"scripts.trill" \flat}
  \bar "||"
}

Les accords de deux, trois et quatre notes qu’on peut frapper ou arpèger sur le Violon sont extrêmement nombreux, et les effets qu’ils produisent assez différents entre eux.

Les accords de deux notes, résultant de ce qu’on appelle la double-corde conviennent aux dessins mélodiques, aux phrases soutenues dans le forte ou dans le piano, comme aux accompagnements de toutes formes et au tremolo.

Les accords de trois et quatre notes au contraire, produisent un assez mauvais effet lorsqu’on les frappe, piano, ils ne paraissent riches et énergiques que dans la force, l’archet peut seulement alors attaquer les cordes avec assez d’ensemble pour les bien faire vibrer simultanément.

Il ne faut pas oublier que, sur ces trois ou quatre notes, deux au plus peuvent être soutenues, l’archet étant obligé d’abandonner les autres aussitôt après les avoir attaquées. Il est donc inutile dans un mouvement modéré ou lent, d’écrire ainsi :


\relative c'{
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  <g d' b' g'>1 <g d' c' a'> <g d' d' b'>
  \bar "||"
}
Ou

\relative c'{
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  <d b' g'>1 <d c' a'> <d d' b'>
  \bar "||"
}

Les deux notes supérieures sont seules susceptibles d’une tenue, et il vaut mieux, en ce cas, indiquer le passage de cette manière :


\relative c'{
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  << {g''1}\\{<g,, d' b'>4 s2.} >>
  << {a''1}\\{<g,, d' c'>4 s2.} >>
  << {b''1}\\{<g,, d' d'>4 s2.} >>
  \bar "||"
}
Ou

\relative c'{
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  << {<b' g'>1}\\{<g, d'>4 s2.} >>
  << {<c' a'>1}\\{<g, d'>4 s2.} >>
  << {<d'' b'>1}\\{<g,, d'>4 s2.} >>
  \bar "||"
}

Tous les accords contenus entre le Sol et le Ré graves sont évidemment impossibles, puisqu’il n’y a qu’une seule corde (le Sol) pour faire entendre les deux notes. Lorsqu’on a besoin d’une harmonie dans ce point extrême de l’échelle on ne l’obtient à l’orchestre qu’en divisant les Violons ; on indique cette division par le mot italien divisi, ou les mots français divisés ou à deux écrits au dessus du passage.

EXEMPLE.

\relative c'{
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  <g bes>4^"à deux."^"Divisé" <gis b><a c><ais cis>
  \bar "||"
}