Page:Bernanos - Journal d’un curé de campagne.djvu/366

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
356
JOURNAL

En me voyant debout, mon ami a eu un mouvement de joie qui m’a touché. — « Le pharmacien avait raison, il s’est moqué de moi. C’est vrai que la moindre syncope me fait une peur horrible. Tu as dû mal digérer, voilà tout. »

Nous avons décidé ensuite que je passerais la nuit ici, sur ce lit-cage.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

J’ai essayé encore de dormir, pas moyen. Je craignais que la lumière, et surtout le sifflement de ce bec de gaz ne gênât mon ami. J’ai entr’ouvert la porte et regardé dans sa chambre. Elle est vide.

Non. Je ne regrette pas d’être resté, au contraire. Il me semble même que M. le curé de Torcy m’approuverait. Si c’est une sottise, d’ailleurs, elle ne devrait plus compter. Mes sottises ne comptent plus : je suis hors de jeu.

Certes, il y avait bien des choses en moi qui pouvaient donner de l’inquiétude à mes supérieurs. Mais c’est que nous posions le problème tout de travers. Par exemple, M. le doyen de Blangermont n’avait pas tort de douter de mes moyens, de mon avenir. Seulement je n’avais pas d’avenir, et nous ne le savions ni l’un ni l’autre.

Je me dis aussi que la jeunesse est un don de Dieu, et comme tous les dons de Dieu, il est sans repentance. Ne sont jeunes, vrai-