Page:Bernard - Guide du skieur,1910.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


scandinaves de vastes étendues, couvertes d’une neige presque toujours égale, que le skieur peut parcourir sans quitter ses skis.

Variations de densité de la neige.

La densité de la neige varie essentiellement dans la région alpine suivant la température, qui dépend elle-même de l’époque et de l’altitude, l’exposition des terrains, les pentes et les vents dominants. Dans une même journée et une même course, il n’est pas rare de traverser les couches de neige les plus différentes d’épaisseur et de densité, de passer sur une neige, tantôt très favorable aux skis, tantôt moins, tantôt collante et tantôt pulvérulente et verglacée. Entre les terrains exposés au midi et ceux exposés au nord, les différences d’aspect sont très grandes. Sur les premiers la neige est généralement fondante ou congelée, parce qu’elle est soumise à des alternatives de chaleur solaire plus ou moins ardente et de froid intense après le coucher du soleil.

Il s’y produit même parfois des bandes déglace vive, ou bien la neige y disparaît, après une assez longue période de beau temps. Sur les terrains tournés vers le nord et privés de soleil, où la température est moins changeante, la neige reste sensiblement homogène et très bonne pour le ski.

En certains points balayés par des vents violents,