Page:Bertrand - Sanguis martyrum, 1918.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Des enfants, agiles malgré leurs chaînes, se glissaient en rampant dans l’ouverture des boyaux. Ils reparaissaient l’instant d’après, poussant devant eux des corbeilles pleines de minerai. Des femmes à demi nues recevaient les corbeilles et les entassaient sur les véhicules traînés par les adolescents… Ainsi tous les âges et tous les sexes étaient enfermés dans la géhenne souterraine.

« C’est le pire, dit Mappalicus, cette promiscuité où ils vivent ! Tu ne peux pas te l’imaginer, maître ! La mine est une Sodome, un enfer de luxure et de dépravation. »

Cécilius n’osa pas répondre. La pensée qu’il était le complice, fût-ce involontaire, de cette infamie le terrassait. Donc, il ne leur suffisait pas de martyriser, il fallait encore souiller l’enfance ! Malgré toutes les excuses et tous les prétextes de la sagesse pratique, il y avait là une iniquité révoltante, une chose qui ne devait plus être, qui ne serait plus !… Le fardeau invisible sous lequel il pliait lui semblait accru. Les reins cassés, il cheminait, en se courbant, sous la voûte du couloir extraordinairement bas. L’air devenait réellement irrespirable. On étouffait, on suffoquait de chaleur. Puis il faisait froid, un froid glacial : l’humidité pénétrante recommençait. À la lueur de la lampe, les fleurs d’écume luisaient sur les rondins de soutènement. Les moindres blancheurs, les moindres parcelles brillantes prenaient un éclat fantastique. Soudain, tout s’effaçait. Et l’on ne percevait plus aucun bruit dans les ténèbres qui semblaient s’épaissir à chaque pas.

« Regarde, maître ! dit Mappalicus qui, par habitude, frappait la paroi avec sa massette de mineur : voici encore des inscriptions tracées par nos frères ! »

Levant sa lampe, il déchiffrait des lignes écrites au charbon et qui se poursuivaient comme des hirondelles le long d’une muraille. La plupart du temps, c’était un simple mot : Vie, vie, vie ! répété avec une sorte d’acharnement mystique. D’autres fois, la promesse d’immor-