Page:Bertrand - Sanguis martyrum, 1918.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fondément ému : Lucilla, tu vivras… Tu vivras toujours en Dieu… Puisses-tu vivre dans l’éternité… Saintes âmes, souvenez-vous du pauvre Marcianus !… À cette vue, il poussa un cri de joie qui se répercuta en longs échos dans le silence sonore de la mine. Maintenant il était sauvé. Il savait que le chantier d’Hermotime, où commandait Mappalicus, ne devait pas être très loin. D’après ses souvenirs il s’orienta sans trop de peine. La main étendue devant la lumière de sa lampe, il se hâtait le plus possible, craignant à chaque pas d’être arrêté par une patrouille de surveillants et ramené à l’enfer de la crypte. Au moindre bruit, il se collait contre la paroi, il se blottissait dans les anfractuosités et les niches naturelles de la galerie, dans les tranchées latérales. Et il reprenait sa course haletante, retrouvant au passage les chutes d’eaux qui, après avoir traversé la plus grande partie du sous-sol, se déversaient dans le lac de Sigus. L’haleine du gouffre lui soufflait au visage une poussière de gouttelettes. Puis des toiles palpitèrent devant des portes de bois. La tempête de l’aérage faillit le coucher par terre… Là-bas, très loin, des flammes tremblotantes comme des lucioles se déplaçaient dans l’obscurité dense. Arriverait-il jusque-là ? Il apercevait de grandes ombres qui se découpaient sur le fond d’une caverne toute rouge… Cependant, il se sentait à bout de souffle et de force. Quand il franchit le seuil du chantier, ses genoux fléchirent : il expirait…


Son heure n’était pas venue sans doute. Il reprit conscience encore une fois. En ouvrant les yeux, il se vit couché sur un grabat de chiffons. Une figure bénigne se penchait sur son front : celle de Flavien de Tigisi. D’autres visages fraternels l’entouraient. Il les reconnut. Il les avait vus à Carthage. C’était Jader, le maître muletier ; Bos et Nartzal, ses deux serviteurs ; le maître des écuries, et Célérinus, le secrétaire de Cyprien. Ce fut une grande joie pour lui, et, à travers ses larmes, il leur ré-