Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


faisant partie intégrante de cette religion, et on n’a plus le droit de regarder de travers un homme qui ne se conforme pas à cette coutume. Sur ce fait, il est particulièrement nécessaire d’insister lorsqu’on se trouve dans l’Inde, pays où des coutumes toutes locales ou très modernes sont souvent identifiées, par ceux qui les observent, avec l’Hindouisme, tandis que les Hindous qui ne les acceptent pas sont regardés comme un peu inférieurs, ou même comme non orthodoxes. Ces usages, quelque valeur et quelque utilité que leur trouvent leurs adhérents, ne devraient pas être considérés comme étant d’obligation générale et devraient rentrer dans la classe des faits non essentiels. On a dit avec raison que si l’unité doit régner dans les choses essentielles, la liberté doit exister dans celles qui ne le sont pas, — tandis que la charité doit être partout. Si chacun suivait cette règle, nous entendrions moins parler de ces antagonismes religieux et de ces disputes de sectes, qui jettent la honte jusque sur le mot « religion ». Ce qui devait unir a été une source sans cesse jaillissante de divisions, au point que beaucoup d’entre nous ont rejeté impatiemment toute religion, comme le pire