Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/251

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


rance, entre les lumières et la superstition. Elle éclata, forte et violente, ayant pour centre principal Alexandrie ; pour acteurs, d’une part les gnostiques, de l’autre la masse des chrétiens. Si l’on se reporte à l’histoire, on y trouve de grands gnostiques essayant d’introduire sous de nouveaux noms, la sagesse de l’Orient dans cette religion nouvelle, destinée à être contenue dans un cadre moderne. Le grand Valentin écrit alors son apocalypse de la Sagesse, la Pistis Sophia, le trésor le plus précieux de l’ancien occultisme chrétien, qui vient d’être révélé au monde anglais par la traduction de M. G.-R.-S. Mead, alors secrétaire de la section européenne de la Société théosophique. M. Mead écrit dans son introduction : « Considérons le mouvement qui se produisit vers l’an 150 après Jésus-Christ. À cette époque, les Logia originelles, l’Évangile primitif du Christianisme avait disparu et les Évangiles synoptiques avaient tous pour cadre la vie du grand Maître de la foi, telle qu’elle était conservée par la tradition. La nouvelle religion, flot de la marée populaire, montait exclusivement de l’océan des traditions juives et précipitait une conception plus universelle du Christianisme dans le même torrent