Page:Bibaud - Histoire du Canada et des Canadiens sous la domination anglaise, Vol 2, 1844.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cette franche et énergique représentation était signée par une soixantaine de seigneurs, grands propriétaires et bourgeois notables.[1] Le projet d’ordonnance en demeura là, malgré ce que purent dire ou écrire M. de Lanaudière et quelques anciens sujets, qui, ayant acquis, pour peu de chose, les droits seigneuriaux sur de grandes étendues de terre, n’auraient pas été fâchés d’être enrichis tout d’un coup, en devenant les maîtres absolus de ces terres.

Le brigadier (ci-devant colonel) Hope, mort à Québec, en 1790, eut pour successeur, comme lieutenant-gouverneur, le lieutenant-général Alured Clarke, qui avait été gouverneur de la Jamaïque, et qui vint en Canada, au dire de M. Smith, dans l’attente que lord Dorchester donnerait sa démission, et qu’il lui succéderait comme gouverneur-général.

Cette même année 1790, il fut fait un recensement de la population de la province, qui se trouva être d’environ 150,000 âmes.

  1. MM. Gravé, Girault, G. Juchereau-Duchesnay, G. Taschereau, P. A. de Bonne, Berthelot d'Artigny, C. de Saint-Ours, Louis Dunière, Delestre-Beaujour, A. Panet, Louis Turgeon, P. Bedard, &c.