Page:Bibaud - L'homme qui pense, 1925.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


si souvent tout petit je vous ai sauté sur mes genoux ; alors que vous veniez m’apporter vos inventions de futur célèbre ingénieur ; me demandant mon opinion. Je trouvais votre travail vraiment remarquable pour votre âge. Votre pauvre père souriait, alors je lui disais : Ne ris pas Louis, ton fils fera sa marque dans le monde.

— Hélas ! répondit Armand. Monsieur, après avoir tant travaillé aujourd’hui je suis ruiné.

— Alors il faut refaire votre fortune, je vous y aiderai ; le temps me presse, cependant je veux vous conseiller de vous adresser de suite au Ministre de génie, Sir Lomer Gouin, qui, depuis tant d’années, a conduit avec habileté, un jugement supérieur les affaires du pays ; augmentant ses relations, ses ressources commerciales, embellissant la province de Québec ; donnant à l’instruction publique le premier encouragement notable en accordant à ses professeurs et maîtresses d’écoles des salaires convenant à leur position ; salaires qui juqu’alors leur avaient été mesquinement refusés.

Avec sa connaissance parfaite de la conséquence future des choses présentes, Sir Lomer n’a jamais hésité à encourager les talents des canadiens, de quelque nationalité qu’ils fussent, il savait reconnaître tout le bien devant revenir à son pays en agissant avec cette sage tactique. Il a prouvé au monde entier que le Canada devait marcher de pair avec les nations les plus éclairées, puisqu’il possédait des hommes d’État de sa valeur ; l’Europe a vite reconnu sa supériorité diplomatique parce qu’avec une rare adresse il a su résoudre les problèmes les plus importants ; il a acquis l’admiration des sommités étrangères.

Vous ne regretterez pas de suivre mon conseil. Sir Lomer Gouin est un homme de cœur, il sympathise aux chagrins silencieux de ses frères ; chagrins qu’il a éprouvés souvent durant sa belle carrière, heurté cruellement aux difficultés placées sur sa route par des ennemis jaloux, de ses talents. Ses succès aujourd’hui ne lui ont pas donné la vanité du pédant, du snobiste ; il n’oublie pas qu’il a eu des jours de tristesse ; il se sentirait rapetissé à ses propres yeux s’il n’acquiesçait pas à une demande légitime pour protéger un compatriote, ou tout autre, en butte avec les difficultés de la vie.

Vous réussirez auprès de lui, j’en ai la certitude. Vous m’écrirez. Voici mon adresse :

Paris, 17 Boulevard des Capucines.

— 8 —