Page:Bibaud - Les fiancés de St-Eustache, 1910.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
6
LES FIANCÉS DE ST-EUSTACHE

démonstrations enthousiastes du peuple dont ils sont l’emblême.

On dirait à certains jours, que les plantes, les fleurs, les arbres, tout ce qui bruit, tout ce qui s’agite dans la nature, semble prendre part aux joies ou aux douleurs des hommes. Qu’est-ce donc que cette affinité unissant à certaines heures, l’être pensant avec toutes ces choses qui ne savent raisonner ? Dieu a voulu sans doute que ce mystique lien attachât l’homme au sol natal d’une manière si puissante, qu’aux instants solennels il engendre les nobles dévouements faisant les héros et les martyrs.

Suivant le sentier de la Côte-des-Neiges traversant le Mont-Royal, un jeune homme d’allure martiale, tressaillait d’impatience chaque fois que la brise apportait à ses oreilles une vibration nouvelle de la musique.

— Trop tard, disait-il en accélérant davantage sa marche, déjà rapide, je n’arriverai pas à temps.

Une flamme plus ardente brillait dans son œil bleu, ses narines se dilataient ; ses traits fins et réguliers se recouvraient d’une certaine expression, qui lui donnait alors une vague ressemblance à un jeune cheval fougueux retenu par une main de fer, lorsque ses élans impétueux l’entraînent vers l’espace qu’il veut franchir.