Page:Bibaud - Les fiancés de St-Eustache, 1910.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
52
LES FIANCÉS DE ST-EUSTACHE

des nations. Sitôt qu’il apparaissait la foule était transporté d’enthousiasme, on l’entourait, on se pressait pour le voir.

Le peuple comprend toujours le dévouement de ces âmes d’élite, se prodiguant, se sacrifiant par amour de leurs compatriotes voulant rendre à leur nation opprimée les droits et les libertés qu’on lui a enlevés ; des années, des années, ils guerroient ces hommes désintéressés, soit au champ de bataille, soit au parlement, le premier combat avec son bras, le second avec sa tête et son cœur, guerre aussi pénible à soutenir l’une que l’autre, tous deux s’épuisent pour la cause commune.

L’Honorable Louis-Joseph Papineau était né à Montréal en 1786. Élu à vingt-trois ans par le collège électoral de Huntingdon, il entrait au parlement, puis en 1820 au Conseil Exécutif. Jusqu’alors le grand orateur avait admiré la constitution de son pays ; mais les successeurs de Sherbrooke dénièrent à la chambre basse ses attributions financières les plus essentielles et complotèrent l’union des Canadas. Papineau dès ce moment fit une vive opposition à l’Exécutif qui l’avait appelé chez lui pour le nullifier. Il porta en Angleterre une requête de 60,000 Canadiens contre l’union.

Lord Dalhousie était chaud partisan de l’Union, il entra en lutte personnelle avec l’Orateur et voulut l’empêcher d’être réélu à la pré-