Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE II
RECHERCHES DE LABORATOIRE
variations du travail intellectuel en fonction de la durée

La première recherche faite sur cette question est celle de Oehrn, parue en 1889 comme dissertation, à Dorpat, et reproduite en 1895 dans la revue de Kraepelin[1]. Ce travail est supérieur sur plusieurs points aux autres recherches que nous passerons en revue plus loin ; d’abord les expériences ont été faites sur dix personnes, les résultats ne peuvent donc pas être considérés comme aussi partiels que ceux des autres travaux ; un second mérite de l’auteur est d’avoir fait les expériences parallèlement sur six processus psychiques différents, tandis que dans les autres recherches on n’a expérimenté que sur un ou deux processus seulement.

Les travaux intellectuels que les sujets devaient faire et dont on étudiait les variations étaient très simples et choisis de telle manière qu’on a pu exprimer par des chiffres la quantité de travail exécuté. Voici en quoi consistaient ces différents travaux :

Compter les lettres d’un texte imprimé en caractères latins. — Le sujet devait compter aussi rapidement qu’il le

  1. Oehrn. Experimentelle Studien zur Individualpsychologie (Psychologische Arbeiten), I, p. 92-152.