Page:Binet - Henri - La fatigue intellectuelle.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sommeil, et de la durée de l’effort intellectuel que l’on demande aux écoliers ne pourrait être faite qu’arbitrairement, en se servant des cas de maladies. De ce qu’un individu a succombé à la fièvre typhoïde après un examen difficile qui l’avait surmené, nous ne voyons aucune conclusion pratique à tirer pour la réglementation de cet examen. La maladie et la mort d’un condisciple surmené peut être un salutaire exemple pour les autres, exemple qui devra surtout être médité par ceux qui ont une constitution délicate ou des prédispositions héréditaires. Mais du moment qu’on ignore généralement l’état des forces de l’individu qui a succombé, on ne peut pas savoir si sa constitution personnelle n’était pas responsable de sa mort ; de plus, on ignore quelle quantité de travail intellectuel il a produit, comment il s’est préparé à l’examen, quelle dose de connaissances il avait déjà avant de concourir ; et ce serait une perte de temps de chercher à préciser tous ces petits faits, qui le plus souvent échappent à l’investigation. La pédagogie a bien peu de chose à attendre de ces cas exceptionnels, d’autant plus qu’on en ignore le plus souvent la fréquence. La répétition de ces accidents dans une école ou au lendemain d’un examen doit être un avertissement pour les pouvoirs publics ; c’est un signe qui indique la nécessité d’une révision des programmes ; mais l’étude de ces accidents eux-mêmes ne peut servir de base à une réforme.

Nous sommes donc conduit tout naturellement, en finissant cette étude, à regretter que l’Académie de médecine se soit bornée à un échange d’opinions sur le surmenage, et qu’elle n’ait pas eu l’idée bien simple de résoudre la question qu’elle agitait, en faisant un appel à la seule méthode qui pouvait donner une solution : la méthode expérimentale. Pour savoir quel degré de fatigue et de surmenage était provoqué chez les enfants et les adultes par des programmes d’enseignement et d’examen dans les écoles, il fallait nommer une commission chargée, de mesurer cette fatigue et