Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 3.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE V.


Le Choléra-Morbus. — Mort de Cuvier. — Mort de Casimir Périer. — Jugement sur le ministère de Casimir Périer.


De plus grandes calamités menaçaient la France : le choléra-morbus approchait.

Depuis la fin du mois d’août 1817 jusqu’au commencement du mois d’avril 1832, le choiera, né dans le Delta du Gange, avait au loin et dans toutes les directions porté ses affreux ravages. Il s’était étendu jusqu’à l’Ile de Timor, vers le sud ; jusqu’à Pékin, vers l’orient ; jusqu’aux frontières de Sibérie, vers le nord. Au nord-ouest, il avait envahi Moscou, Saint-Pétersbourg, et suivi la ligne qui s’étend de Dantzig à Olmutz. Attaché aux Russes, il avait paru avec eux sur les champs de bataille de la Pologne, plus meurtrier que la guerre elle-même. Il s’était répandu parmi les Polonais, immédiatement après la bataille d’Iganie. Puis, on l’avait vu fondre en Bohême, en Gallicie, en Hongrie, en Autriche, moissonnant les peuples, franchissant en peu de jours d’énormes distances, allant par bonds d’un royaume à l’autre, mais revenant ensuite sur ses