Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 3.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE PREMIER.



Le parti légitimiste. — Causes de la faiblesse de ce parti. — M. de Chateaubriand — M. Berryer. – Complots de salons. – La Vendée ; aspect de ce pays ; ses dispositions.— Fautes de l’administration. – Les réfractaires vendéens ; germes de guerre civile. — La duchesse de Berri ; son caractère ; ses espérances ; ses projets : elle quitte l’Ecosse. — Situation des principales villes du Midi. — Divisions dans le parti royaliste. — La bourgeoisie cherche à compléter sa victoire : l’hérédité de la pairie est mise en question elle est abolie. — Anarchie universelle. — Loi sur le bannissement de la branche ainée des Bourbons. — Atteinte irréparable portée en France au principe monarchique.


Le gouvernement français avait, au dehors, accompli son œuvre, et la France n’avait plus qu’à subir les péripéties du rôle obscur qui venait de lui être assigné dans le monde. Mais, par l’abaissement systématique de leur diplomatie, les ministres avaient préparé, à l’intérieur, les éléments d’une lutte terrible. D’ailleurs, la constitution, encore incomplète, avait à traverser les orages d’un débat public et chacun sentait que le plus sérieux embarras du gouvernement allait être de se constituer et de vivre.