Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 5.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Monsieur le président, que vous soyez un canard; » tantôt, raillant le malheureux Pépin, qui semblait engagé dans un commencement d’aveu : « Il ne faut a pas se décourager, disait-il : une femme accouche à sept et à neuf mois. Voilà sept mois… Pépin commence à accoucher. » Quelle que fut son impudence, Fieschi n’osait, tout en le dénonçant, insulter Morey mais, voyant la timidité de Pépin, il prenait un plaisir féroce à le tourner en ridicule et à l’accabler. Pour lui, il s’accusait avec complaisance, s’avouait le plus grand des criminels, et se déclarait trop heureux d’avoir à payer de son sang la vie des infortunés morts sous ses coups. Mais plus II insistait sur le sort qui lui était réservé, sur l’échafaud qui l’attendait, plus il devenait manifeste qu’intérieurement il croyait à sa grâce. D’autant qu’il avait soin de flatter outre mesure ceux de qui elle paraissait dépendre.

Heureusement, il se passa, dans le cours du procès, quelques scènes qui consolent du scandale d’un tel triomphe. Parmi les témoins que Fieschi eut pour contradicteurs, il s’en était présenté un qui avait le front couvert en partie d’une plaque d’argent. Après la déposition Fieschi s’étant écrié « Que voulez-vous que je réponde à un homme qui a la tête felée? —Il est vrai, répliqua le témoin en foudroyant de son regard le meurtrier, il est vrai que j’ai eu la tête fracassée, mais c’est dans une bataille, ce n’est pas dans un assassinat. »

Les débats avaient employé déjà douze audiences sans ajouter de grandes lumières à celles qui jaillissaient de l’instruction, lorsque la situation d’un