Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 5.djvu/309

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XI.


Travaux législatifs dans l’année 1838; lois sur l’organisation départementale, sur l’état-major, sur les justices de paix, sur les aliénés. — Finances question de la conversion des rentes. — Exposé des doctrines financières de M. Jacques Laffite : théorie de la dette perpétuelle. — Nécessité d’abolir l’amortissement. — État moral de la société. — Agiotage. — Question des chemins de fer. — Le principe d’autorité défendu par le parti démocratique, abandonne par l’État. — Rapport de M. Arago. — Comment la question est résolue.



Les travaux législatifs de l’année 1838 furent très importants, non par leurs résultats, mais parleur objet il convient de les passer en revue.

Nous ne nous arrêterons pas à la loi sur les attributions des conseils généraux et d’arrondissements hérissée de détails stériles et conçue dans l’esprit le plus étroit, elle ne changeait rien au mécanisme administratif que nous avons eu déjà occasion de décrire[1], et elle signalait dans la bourgeoisie une ignorance complète des premiers rudiments de la science politique. Il ne saurait y avoir, en effet, dans là société que deux forces : la commune, qui répond à l’idée d’association, et l’état, qui répond à l’Idée de nationalité. Quant à l’autorité départe-

  1. Voir le tome IV, pages 84 et suivantes.