Page:Blondel de Néele - Œuvres, éd. Tarbé, 1862.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— 43 —

CHANSON XXIe


Ma joi me semont
De chanter au douz tens,
Et mes cuers li respont
Que drois est que j’y pens ;
Car nule riens el mont
Ne fais sur son deffens.
Dex ! quel siècle cil ont
Qui i metent leur tens!

A la joie apartient
D’amer molt finement
Et quant li lieus en vient
Li doners largement.
Encor plus i convient
Parler cortoisement :
Qui ces trois voies tient,
Ja n’ira malement.