Page:Bloy - Histoires désobligeantes.djvu/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


moins ivres, avouèrent, en baissant la tête, qu’ils n’avaient jamais rien trouvé.

Ce fut alors que ramassant d’un geste large toutes les attentions disséminées, le claironnant sculpteur Pélopidas Gacougnolle nous interpella :

— Savez-vous, beugla-t-il, quelle fut, un jour, la plus belle trouvaille de Marchenoir ?

Une collective nutation des chefs lui révéla qu’on n’en savait absolument rien.

— Alors, mes enfants, écoutez-moi ça. L’anecdote vaut la peine d’être racontée.



On sait généralement, commença-t-il, que notre grand Inquisiteur littéraire a été le plus imprenable et calamiteux adolescent qui ait arboré, sur nos trottoirs, le cataclysme de la redingote ou du pantalon. Rien n’exprimerait la luxuriance de cette gueuserie de rêveur.

Je me souviens de l’avoir aperçu bien des fois à cette époque, et j’en suis si fier que j’ai peine à concevoir que la terre puisse me porter ! Oh ! je vous parle d’il y a longtemps. Je n’étais pas encore son ami, et je ne devinais guère que je le deviendrais un jour. Je ne sais même pas s’il avait jamais eu un seul ami.

C’était un orageux et difficile marcassin qui ne