Page:Bloy - Histoires désobligeantes.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



VI

LES CAPTIFS DE LONGJUMEAU


à Mme Henriette L’Huillier.


Le Postillon de Longjumeau annonçait hier la fin déplorable des deux Fourmi. Cette feuille, recommandée à juste titre pour l’abondance et la qualité de ses informations, se perdait en conjectures sur les causes mystérieuses du désespoir qui vient de précipiter au suicide ces époux qu’on croyait heureux.

Mariés très jeunes et toujours au lendemain de leurs noces depuis vingt ans, ils n’avaient pas quitté la ville un seul jour.

Allégés par la prévoyance de leurs auteurs de tous