Page:Boccace - Décaméron.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il était très étonné, elle lui demanda s’il ne l’avait jamais vue à Alexandrie. À cette question, Antigone reconnut aussitôt qu’elle était Alaciel, fille du Soudan, qu’on croyait morte en mer, et voulut s’incliner devant elle ; mais elle ne le souffrit point, et le pria de s’asseoir à ses côtés. Ce qu’ayant fait Antigone, il lui demanda respectueusement comment, quand et d’où elle était venue en ces lieux, alors que par toute l’Égypte on avait pour certain qu’elle s’était noyée en mer, et il y avait déjà plusieurs années. À quoi la dame dit : « — Je voudrais bien qu’il en eût été ainsi, plutôt que d’avoir mené la vie que j’ai menée, et je crois que mon père le voudrait aussi, si jamais il la connaît. — » Et cela dit, elle se remit à pleurer abondamment. Pour quoi Antigone lui dit : « — Madame ne vous découragez pas avant qu’il ne soit besoin. S’il vous plaît, narrez-moi vos malheurs, et quelle vie a été la vôtre. Peut-être, avec l’aide de Dieu, pourrons-nous arranger les choses convenablement. — » « — Antigone — dit la belle dame — il m’a semblé, quand je t’ai vu, voir mon père, et mue par cet amour et cette tendresse que je suis tenue de lui porter, pouvant me cacher de toi, je me suis fait connaître ; et il y a peu de personnes dont la vue m’eût fait autant de plaisir que celui que j’ai éprouvé en te voyant et en te reconnaissant avant tout autre. Et pour ce, ce que j’ai toujours tenu caché dans ma mauvaise fortune, je te le dirai à toi comme à mon père. Si tu vois, après que tu l’auras entendu, quelque moyen de me pouvoir remettre en ma première condition, je te prie de le saisir ; si tu n’en vois pas, je te prie de ne dire jamais à personne que tu m’as vue, ni que tu as entendu parler de moi. — « Cela dit, toujours pleurant, elle lui conta ce qui lui était arrivé, du jour où elle fut jetée sur l’île de Mayorque, jusqu’au moment présent. De quoi Antigone se mit à l’a plaindre avec compassion ; puis, quand il eût réfléchi peu ; il dit : « — Madame, puisque dans vos infortunes on n’a pas su qui vous étiez, sans nul doute je vous rendrai à votre père plus chère que jamais, puis pour femme au roi de Garbe. — » Et la dame lui ayant demandé comment, il lui indiqua minutieusement ce qu’elle devait faire, et afin qu’un autre incident ne pût déranger leur projet, Antigone retourna le jour même à Famagosta et alla trouver le roi, auquel il dit : « — Mon seigneur si cela vous agrée, vous pouvez d’un même coup vous faire grand honneur, et m’être très utile à moi qui suis pauvre à cause de vous, sans qu’il vous en coûte grand’chose. — » Le roi demanda comment. Antigone dit alors : « — Il est arrivé à Baffa la belle jeune fille du Soudan qu’on a cru longtemps noyée ; pour sauver son honneur, elle a souffert de longues et