Page:Boccace - Décaméron.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


répondrai comme marchand ; et je dis que je reconnais que ce que tu dis peut arriver aux sottes chez lesquelles il n’y a nulle vergogne ; mais celles qui sont sages ont un tel soin de leur honneur, qu’elles deviennent pour le garder plus fortes que les hommes qui de ce n’ont souci ; et ma femme est de celles qui sont ainsi faites. — » Ambrogiuolo dit : « — Vraiment, si chaque fois qu’elles se laissent aller à ces sortes d’aventures il leur poussait au front une corne qui serait une preuve de ce qu’elles auraient fait, je crois qu’il y en aurait peu qui s’y laisseraient aller ; mais loin qu’il leur pousse une corne, il n’en reste à celles qui sont sages ni traces, ni empreinte ; et la honte et le déshonneur ne consistent que dans les choses ébruitées ; pour quoi, quand elles peuvent le faire en secret, elles le font, ou bien elles perdent l’occasion par bêtise. Et crois ceci pour certain, que celle-là seule est chaste qui n’a jamais été sollicitée de personne, ou qui ayant elle-même sollicité, n’a point été écoutée. Et encore que je sache par des raisons naturelles et vraies qu’il en doive être ainsi, je n’en parlerais pas avec autant de certitude que je le fais, si je n’en avais fait souvent l’épreuve avec bon nombre d’entre elles. Et je te dis ceci, à savoir que si j’étais auprès de ta femme si sage, je me ferais fort de l’amener en peu de temps à faire ce que j’ai déjà obtenu de bien d’autres. — » Bernabo, courroucé, répondit : « — Notre discussion pourrait s’éterniser en paroles ; tu dirais ceci et moi cela, et finalement il n’en résulterait rien. Mais puisque tu dis qu’elles sont toutes aussi faciles, et que ton talent de séduction est si puissant, je consens — afin de te rendre certain de l’honnêteté de ma femme — à ce qu’on me coupe la tête si tu peux jamais l’amener à faire en ceci selon ton plaisir ; et si tu ne le peux pas, je ne veux pas que tu perdes moins que mille florins d’or. — » Ambrogiuolo déjà échauffé par la discussion, répondit : « — Je ne sais trop ce que je ferais de ton sang si j’étais victorieux ; mais si tu as envie de voir la preuve de ce que je t’ai dit, mets cinq mille florins d’or, lesquels doivent t’être moins chers que ta tête, contre mille des miens ; et tandis que tu n’as fixé aucun terme, je consens à m’engager à aller à Gênes et, dans trois mois, à dater du jour où je partirai d’ici, à faire de ta femme à ma volonté, et à rapporter en témoignage une de ses choses les plus précieuses, et à te donner de telles et de si grandes preuves, que tu confesseras toi-même que c’est vrai, à condition que tu me promettras sur ta foi de ne point aller avant le terme fixé à Gênes, ni d’écrire à ta femme quoi que ce soit sur ce sujet. — » Bernabo dit que cela lui plaisait beaucoup, et bien que les autres marchands qui étaient là s’efforçassent