Page:Boccace - Décaméron.djvu/372

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Alors Conrad, courroucé, dit : « — Comment diable ! elles n’ont qu’une cuisse et qu’une jambe ? n’ai-je pas vu d’autres grues que celle-ci ? — » Chichibio reprit : « — C’est comme je vous le dis, messire ; et quand il vous plaira, je vous le ferai voir dans celles qui sont vivantes. — » Conrad, par déférence pour les étrangers qu’il avait avec lui, ne voulut pas continuer cette altercation, mais il dit : « — Puisque tu dis que tu me le feras voir dans celles qui sont en vie, chose que je n’ai jamais vue ni entendu dire, je veux le voir dès demain matin, et je me tiendrai pour content ; mais je te jure sur le corps du Christ, que s’il en est autrement, je te ferai arranger de façon que tu te souviendras à ton grand dommage de mon nom, tant que tu vivras. — »

« L’entretien se termina là, pour ce soir, et le lendemain matin, dès que le jour parut, Conrad, que la colère avait empêché de dormir, se leva encore tout irrité. Et ayant fait monter Chichibio sur un roussin, il le mena à la rivière, sur le bord de laquelle on pouvait toujours voir des grues, au lever du jour, et lui dit : « — Nous allons voir tout à l’heure qui a menti hier, de toi ou de moi. — » Chichibio, voyant que la colère de Conrad durait toujours et qu’il lui fallait justifier sa fourberie, ne savait comment le faire, et chevauchait derrière Conrad avec la plus grande peur du monde, et volontiers il se serait enfui, s’il avait pu, mais ne le pouvant, il regardait tantôt devant, tantôt derrière, tantôt à côté, et tout ce qu’il voyait, il s’imaginait que c’étaient des grues se tenant sur deux pieds. Mais à peine furent-ils arrivés à la rivière, que la première chose qu’ils virent fut une douzaines de grues qui se tenaient toutes sur un pied, comme elles ont coutume de faire quand elles dorment. Pour quoi, Chichibio les montra vivement à Conrad et dit : « — Vous pouvez bien voir, messire, qu’hier je vous ai dit vrai, et que les grues n’ont qu’une cuisse et qu’une jambe, si vous regardez celles qui sont là. — » Conrad, les ayant vues, dit : « — Attends ; je vais te montrer qu’elles en ont deux. — » Et, s’étant rapproché d’elles un peu plus, il cria : Hop ! hop ! À ce cri, les grues, ayant abaissé leur autre jambe, se mirent à s’enfuir toutes après avoir fait quelques pas. Sur quoi, Conrad s’étant retourné vers Chichibio, dit : « — Que t’en semble, fripon ? crois-tu qu’elles en aient deux ? — » Chichibio, tout ébahi, et ne sachant lui-même d’où il venait, répondit : « — Oui, messire ; mais vous n’avez pas crié : hop ! hop ! à celle d’hier soir ; car si vous aviez crié ainsi, elle aurait aussi fait voir l’autre cuisse et l’autre pied, comme ont fait celles-ci. — » Cette réponse plut tellement à Conrad, que toute sa colère se changea en joie et en rire, et il dit : « — Chichibio, tu as raison, j’aurais