Page:Boccace - Décaméron.djvu/376

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


disposé à parier ce souper. — » Et étant tombés ensemble d’accord de prendre pour juge Piero di Fiorentino, chez qui ils étaient, ils allèrent le trouver, suivis de tous les autres, pour voir le Scalza perdre son pari et jouir de son ennui, et ils contèrent l’affaire.

« Piero, qui était un jeune homme prudent, ayant d’abord écouté les raisons de Neri, se tourna vers le Scalza et dit : « — Et toi, comment pourras-tu démontrer ce que tu affirmes ? — » Le Scalza dit : « — Comment ? je le montrerai par une preuve telle, que non-seulement toi, mais celui-ci, qui le nie, direz que je vous dis la vérité. Vous savez que plus les hommes sont de race ancienne, plus ils sont nobles ; et c’est ce qui se disait tout-à-l’heure parmi ceux-ci. Les Baronci sont plus anciens que tous les autres citoyens, ils sont donc les plus nobles ; en vous démontrant qu’ils sont les plus anciens, j’aurai sans conteste gagné le pari. Vous devez savoir que les Baronci ont été faits par Dieu dans le temps qu’il commençait à apprendre à peindre ; mais les autres hommes furent faits alors que Dieu savait peindre. Et pour voir que je dis vrai en cela, rappelez-vous les Baronci et les autres hommes : alors que vous verrez tous les autres avec des visages bien faits et dûment proportionnés, vous pourrez voir les Baronci, l’un avec le visage long et étroit, l’autre avec une figure démesurément large, celui-ci avec le nez trop long, celui-là avec le nez trop court, un autre avec le menton hors du visage et recourbé sur lui-même, et des mâchoires qui ressemblent à celles d’un âne. Tel d’entre eux a un œil plus gros que l’autre, ou bien l’a placé plus bas, comme sont d’ordinaire les figures que font tout d’abord les enfants quand ils apprennent à dessiner. Pour quoi, comme je l’ai déjà dit, il apparaît très bien que Dieu les fit quand il apprenait à dessiner ; de sorte qu’ils sont plus anciens que les autres, et partant plus nobles. — » De quoi, Piero qui était pris pour juge, et Neri qui avait parié le souper, ainsi que tous les autres, se souvenant, et ayant entendu les plaisantes raisons du Scalza ils se mirent tous à rire et à affirmer que le Scalza avait raison et qu’il avait gagné le souper, et que pour sûr les Baronci étaient les plus anciens gentilshommes qui fussent non pas seulement de Florence, mais du monde et des Maremmes. Et c’est pourquoi Pamphile voulant dépeindre la laideur du visage de messer Forese, a dit avec raison qu’il aurait paru laid à côté d’un Baronci. — »