Page:Boccace - Décaméron.djvu/417

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de savoir par ce moyen les secrets de ton excellente femme, et, sans prendre un vain soupçon, tu aurais vu que ce qu’elle te confessait était vrai, sans qu’elle eût pour cela commis la moindre faute. Je t’ai dit que j’aimais un prêtre : ne t’étais-tu pas, toi que j’ai grand tort d’aimer, déguisé en prêtre ? je t’ai dit qu’il n’y avait pas de porte à la maison qu’on pût tenir fermée quand il voulait coucher avec moi : et quelle porte te fut jamais tenue fermée à la maison, quand tu as voulu venir me trouver où j’étais ? Je t’ai dit que le prêtre couchait toutes les nuits avec moi : et quand donc n’as-tu pas couché avec moi ? Et toutes les fois que tu m’as envoyé ton petit clerc, tu sais bien que tu n’avais pas couché avec moi ; aussi je te faisais répondre que le prêtre n’était pas venu. Quel étourneau, si ce n’est toi qui t’es laissé aveugler par la jalousie, n’aurait compris ces choses ? Et tu es resté à la maison, la nuit, à faire le guet à la porte, et tu as cru m’avoir persuadée que tu étais allé souper et coucher ailleurs ! Ravise-toi désormais et redeviens l’homme que tu étais d’habitude ; ne te fais pas jouer par qui connaît toutes tes façons d’agir, comme je les connais, et renonce à cette garde solennelle que tu fais, car je jure Dieu que si l’envie me venait de te faire porter les cornes, quand même tu aurais cent yeux au lieu des deux que tu as, je me ferais forte de faire à mon plaisir sans que tu t’en aperçusses. — »

« Le méchant jaloux, qui s’imaginait avoir fort adroitement appris le secret de la dame, entendant ces paroles, comprit qu’il avait été joué ; sans plus rien répondre, il la tint pour bonne et sage ; et il dépouilla toute jalousie, alors qu’elle lui aurait été le plus nécessaire, de même qu’il s’en était affublé quand il n’en avait nul besoin. Pour quoi, la dame avisée, ayant quasi pleine licence pour ses ébats, sans plus faire venir son amant par-dessus le toit comme font les chattes, le fit entrer tout simplement par la porte, prenant ses précautions, et, menant vie joyeuse, se donna souvent par la suite du bon temps avec lui. — »