Page:Boccace - Décaméron.djvu/450

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





NOUVELLE II


Le curé de Varlungo couche avec Monna Belcolore. Il lui laisse en gage son manteau et lui emprunte un mortier. Quelque temps après, il lui renvoie le mortier en lui faisant redemander le manteau qu’il dit lui avoir laissé en garantie. La dame rend le manteau en exhalant sa mauvaise humeur par un proverbe de circonstance.


Les hommes et les dames approuvaient également ce que Gulfardo avait fait à l’avare Milanaise, quand la reine, s’étant tournée vers Pamphile, lui ordonna en souriant de poursuivre ; pour quoi, Pamphile commença ainsi : « — Belles dames, il faut que je vous dise une petite nouvelle contre ceux qui nous nuisent continuellement sans que nous puissions leur nuire à notre tour, c’est-à-dire contre les prêtres qui ont entrepris une véritable croisade contre nos femmes, et qui s’imaginent avoir non moins gagné le pardon de toutes leurs fautes, quand ils peuvent en mettre une sous eux, que s’ils avaient amené le soudan enchaîné d’Alexandrie à Avignon. Les malheureux séculiers ne peuvent leur en faire autant, bien qu’en livrant assaut avec une ardeur non moindre à leurs mères, leurs sœurs, leurs amies et leurs filles, ils soulagent leur colère. Pour ce, j’entends vous raconter une amourette de village dont la conclusion est plus risible qu’elle n’est longue à dire, et de laquelle vous pourrez encore cueillir ce fruit que d’un prêtre il ne faut pas toujours croire.

« Je dis donc qu’à Varlungo, village tout proche d’ici, comme chacune de vous sait ou peut avoir appris, fut un vaillant prêtre, gaillard de sa personne au service des femmes. Comme il ne savait pas trop lire, il récréait le dimanche ses paroissiens au pied d’un ormeau avec force bonnes et saintes allocutions familières. Il visitait surtout les femmes, quand leurs maris étaient absents, mieux qu’aucun de ses prédécesseurs, leur portant jusque chez elles des images, de l’eau bénite, des bouts de chandelle, et leur donnant sa bénédiction. Or, il advint que parmi ses autres paroissiennes qu’il avait remarquées, une surtout lui plut qui avait nom Monna Belcolore. C’était la femme d’un laboureur qui se faisait appeler Bentivegna del Mazzo, et elle était vraiment une plaisante et fraîche paysanne, brune et bien découplée, et propre à savoir moudre mieux que toute autre. En outre, c’était celle qui, de toutes ses voisines, savait le mieux sonner des cymbales et chanter, L’eau