Page:Boccace - Décaméron.djvu/476

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dame qu’elle ne s’inquiète pas de moi jusqu’à ce qu’elle puisse sans inconvénient me venir voir ; mais qu’elle vienne le plus tôt qu’elle pourra. — » La servante étant rentrée, s’en alla dormir. La dame dit à son amant : « — Eh ! bien, qu’en dis-tu ? Crois-tu que si je lui voulais le bien que tu redoutes, je souffrirais qu’il restât ainsi là-bas à se geler ? — » Ceci dit, elle alla se mettre au lit avec son amant qui était déjà en partie satisfait, et tous deux se tinrent en fête et en joie un bon temps, riant et se moquant du malheureux écolier.

« Celui-ci, allant et venant par la cour, cherchait à se réchauffer, et n’ayant rien pour s’asseoir ou pour se garantir du serein, il maudissait la longue visite du frère de la dame. À chaque bruit qu’il entendait, il croyait que c’était la porte que la dame venait lui ouvrir, mais son espérance était vaine. Vers le milieu de la nuit, la dame s’étant satisfaite avec son amant, lui dit : « — Que te semble, ma chère âme, de notre écolier ? Lequel te semble plus grand, de son jugement ou de l’amour que je lui porte ? Le froid que je lui fais endurer fera-t-il sortir de ton esprit les soupçons qui ont fait entrer ce que je t’ai dit l’autre jour ? — » L’amant répondit : « — Oui, cœur de mon corps, je reconnais bien maintenant que tu es mon bien, mon repos, mon plaisir et tout mon espoir, comme je suis tout cela pour toi. — » « — Donc — dit la dame — baise-moi mille fois pour voir si tu dis vrai. — » Sur quoi l’amant la tenant étroitement embrassée, lui donnait non pas mille, mais plus de cent mille baisers. Quand ils se furent livrés quelque temps à ces doux propos, la dame dit : « Levons-nous un peu, et allons voir si le feu est un peu éteint dont mon nouvel amant me disait dans ses lettres qu’il brûlait tout entier. — » Et s’étant levés, ils allèrent à la fenêtre, et regardant dans la cour, ils virent en bas l’écolier danser sur la neige, au son d’un cliquetis de dents que le froid lui faisait faire, une danse si continuelle et si animée qu’ils n’en avaient jamais vu de pareille. Alors la dame dit : « — Qu’en dis-tu ma douce espérance ? Te semble-t-il que je sache faire danser les hommes sans trompe ni cornemuse ? — » À quoi l’amant répondit en riant : « — Oui, mon plaisir suprême. — » « — Je veux — dit la dame que nous descendions jusqu’à la porte ; tu te tiendras coi, je lui parlerai et nous verrons ce qu’il dira ; nous n’en aurons par aventure pas moins de plaisir que nous n’en avons eu à le voir. — » Et ayant ouvert doucement la chambre, ils descendirent jusqu’à la porte ; là, sans nullement l’ouvrir, la dame appela à voix basse l’écolier par un petit trou qui s’y trouvait.

« L’écolier, s’entendant appeler, loua Dieu, croyant qu’on