Page:Boccace - Décaméron.djvu/554

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


s’en revint vers Melisso et lui dit : « — Demain nous verrons quel résultat aura produit le conseil d’aller au Pont aux Oies. — » Et après s’être un peu reposé et lavé les mains, il soupa avec Melisso, et, le moment venu, ils allèrent se reposer.

« La malheureuse femme eut grand’peine à se lever de terre, et se jeta sur son lit où elle se reposa du mieux qu’elle put ; le lendemain, s’étant levée de bonne heure, elle fit demander à Joseph ce qu’il voulait qu’elle fit pour déjeuner. Celui-ci, ayant ri de cette demande avec Melisso, ordonna le déjeuner, et quand l’heure en fut venue, étant rentrés à maison, ils trouvèrent toute chose exactement faite suivant l’ordre donné, pour quoi ils louèrent beaucoup le conseil qu’ils avaient mal compris tout d’abord. Quelques jours après, Melisso ayant pris congé de Joseph, et étant retourné chez lui, répéta à un homme qui passait pour sage la réponse qu’il avait eue de Salomon. Ce sage lui dit : « — Il ne pouvait te donner un conseil plus juste ni meilleur. Tu sais bien que tu n’aimes personne, et que les politesses et services que tu rends, tu les rends non par l’amitié que tu portes aux autres, mais pour ostentation. Aime donc, comme Salomon te l’a dit, et tu seras aimé. — » Ainsi fut châtiée la femme acariâtre, et ainsi le jeune homme en aimant fut aimé. — »



NOUVELLE X


Maître Jean, sur les instances de son compère Pierre, fait un enchantement pour changer la femme de celui-ci en jument. Quand il en vient à appliquer la queue, compère Pierre, disant qu’il n’y voulait pas de queue, gâte toute l’opération.


La nouvelle dite par la reine donna quelque peu à murmurer aux dames et à rire aux jeunes gens ; mais quand les uns et les autres se furent arrêtés, Dioneo commença à parler ainsi : « — Charmantes dames, parmi de blanches colombes un corbeau noir paraît bien plus beau qu’un cygne immaculé ; de même, parfois, au milieu de nombreux sages, un moins sage non seulement augmente en valeur et en éclat au contraste de leur maturité, mais encore y trouve soulagement et plaisir. Pour quoi, comme vous êtes toutes très discrètes et modestes, je dois vous être plus cher, moi qui, ayant peu d’esprit, fais briller d’autant votre mérite par mon infériorité, que si, par une plus grande valeur, je rendais