Page:Boissy-Oeuvres de Théâtre de M. Boissy. Vol.2-1773.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène IX.

LE BARON, MONTVAL, CHAMPAGNE.



LE BARON.

Je viens tout transporté. Ce que m’a dit ma sœur
Est-il bien vrai, parlez, mon cher Libérateur ?
Vous allez être à nous tout entier sans partage,
Je bénis le lien d’un si beau mariage.


MONTVAL.

Je dois remercier plutôt votre bonté.


LE BARON.

Nous ne vous perdons pas, & j’en suis enchanté.
Me voilà pour jamais revenu de ma crainte,
D’une vive douleur j’en avois l’ame atteinte,
Le Ciel vient pour nos jours de vous bien conseiller,
Vous serez à portée en tout tems d’y veiller.


MONTVAL.

J’en ferai ma premiere & ma plus chere étude,
J’écarterai de vous la moindre inquiétude.


LE BARON.

Poëte & médecin, que de ressource en vous !
Pouvons-nous faire un choix plus commode & plus doux ?
Vous rimerez pour moi pendant la matinée,
Et ma fille pourra vous voir l’après-dînée.
Le soir vous donnerez tous vos soins à ma sœur.
Pour toute ma maison quel plaisir ! quel bonheur !
Un nœud si fortuné ne peut trop tôt se faire ;
Et je brûle déjà de vous voir mon beau-frere.


MONTVAL, à part.

Qu’entens-je ? juste Ciel !