Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/187

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
187
ANTOINE MANSEAU.

vint se fixer à Tracadie que venait de quitter le vieux Missionnaire. Il eut, sur ces entrefaites, la douleur de perdre Mr. Cécil qui s’en retourna à Québec, pour son ordination, mais il en fut dédommagé par la consolation qu’il eut de rencontrer à Arichat, Mgr. Plessis qui, par ses bonnes paroles, releva son courage et le ranima dans la pratique de ses devoirs de Missionnaire.

L’Évêque de Québec, en faisant en 1815, la visite des missions du Golfe, avait amené avec lui Mr. Rémi Gaulin, qui est devenu depuis Évêque de Kingston. À son retour, il laissa ce Monsieur au Golfe et le chargea de la desserte d’Antigonish et de plusieurs autres missions sur la Nouvelle-Écosse et sur le Cap Breton.

Ce fut alors que Mr. Manseau se vit obligé de desservir plusieurs postes sur l’Atlantique ; ce qui lui fut très pénible, parce qu’il était forcé de n’exercer le ministère qu’en Anglais ; ce à quoi, il n’était point encore accoutumé ; et il lui fallut en outre, parcourir pendant deux ans, des postes éloignés les uns des autres de près de 60 lieues. Un de ces postes était Sidney, capitale du Cap-Breton, qui a 25 lieues dans sa plus grande largeur.

Après ses trois années de missions dans le Golfe, c’est-à-dire en 1817, Mr. Manseau