Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
71
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

Sur le chemin que doivent parcourir les draveurs, sont échelonnés de nombreux rapides qui, presque chaque année engloutissent quelques victimes. Les plus célèbres chûtes de la rivière de l’Assomption, sont celles de Montapeine et celle des Sept.

La première s’engouffrant d’abord dans un canal rétréci et profond, précipite ses eaux furieuses pour les laisser tomber ensuite du haut d’un rocher perpendiculaire de cinquante à soixante pieds d’élévation.

Son bruit est assourdissant comme celui du tonnerre ; sur ses bords escarpés, ne croissent que les mousses humides, les plantes grimpantes au milieu desquelles, rares et dispersées, apparaissent tristement les têtes des sapins rabougris. Ces lieux arides offrent à l’œil un aspect désolé et étrangement sauvage. La nature ici, semble avoir horreur d’elle-même : l’alouette à la chanson matinale, le délicieux rossignol, la douce fauvette, la grive mélodieuse, tous les aimables chantres des bois se sont envolés loin de ces sombres bords.

Seuls, perçant les éternels mugissements de la cataracte, les cris lugubres des corneilles et des hiboux révèlent en ce lieu, la présence d’êtres vivants. Ces oiseaux sinistres semblent tinter le glas funèbre des infortunés devenus