Page:Borrelli - Les Dactyles, 1896.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
90
IN MEMORIAM


Tellement que sa mère, — et c’était son orgueil, —
Devait à ce respect pour les choses pieuses
D’avoir très bien fini, chez des religieuses
De qui la maison blanche est tout au bout d’Arcueil.

Elle-même s’était de ce village éprise ;
Et dans le cimetière, au déclin du coteau,
Elle avait, — comme ailleurs d’autres ont leur château, —
Fait emplette d’un coin sous une pierre grise.

— « Je serai très bien là, toute seule, plus tard, » —
Disait-elle ; — « c’est mieux que le Père-Lachaise ;
« Paris est à deux pas : vous pourrez à votre aise
« Y venir en voisin, quelquefois, par hasard. » —

Et si je souriais devant cette merveille
De vie étincelante et qui parlait ainsi,
Bien vite elle ajoutait, en souriant aussi :
— « Dans longtemps, très longtemps, quand je serai très vieille ! »

— Hélas ! — Un autre don, chez elle encore inné,
C’était le sentiment parfait de la mesure ;
En fait de jugement pas de femme plus sûre,
Ni qui montrât, d’instinct, un goût plus raffiné.