Page:Bosc - De la fluxion périodique des yeux et de l'immobilité.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


préalable, présente tout à coup un énorme dépôt de teinte jaune feuille morte qui remplit la moitié inférieure de la chambre antérieure. Les paupières, la conjonctive, la cornée peuvent alors conserver leur aspect physiologique ; la souffrance est peu intense ; cependant, au bout de quelques jours, l’animal perd la vue. L’inflammation peut acquérir, au premier accès, une telle intensité, que l’œil prend un volume considérable par suite d’une hypersécrétion des membranes internes. La cornée peut alors se déchirer et donner issue aux parties renfermées dans la chambre antérieure. Cette forme de la fluxion est très-rare ; elle a pour résultat d’entraîner la perte immédiate de la vue.

Durée des accès. — La durée des accès est, en général, de douze jours à trois semaines. Il en est cependant qui ne durent que six, huit jours et même moins ; les périodes sont alors très-peu distinctes. Sur les animaux lymphatiques, surtout s’il y a eu déjà plusieurs accès, la durée augmente en proportion de leur nombre et peut être de plus de trois semaines.

Durée des rémissions. — Elle est très-variable ; mais le terme moyen est d’environ trente jours. Quelquefois plusieurs accès se manifestent dans cet espace de temps ; d’autres fois, les rémissions durent deux, trois mois et même une année.

Causes provocatrices des accès. — Les causes d’irritation agissant sur l’œil ou même sur le système muqueux, ou l’ensemble de l’économie, ont une influence sur le retour des accès. La poussière, les vapeurs irritantes, les vents violents, les courants d’air, l’action soutenue d’une vive lumière, l’émigration vers des contrées humides, l’éruption des dents, la gourme, etc., sont