Page:Bossard - Gilles de Rais dit Barbe-Bleue, 1886.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
105
MYSTÈRE DU SIÈGE D’ORLÉANS.

Tel est le rôle parlé de Gilles dans le Mystère du siège d’Orléans, qu’il est rangé parmi les principaux personnages. Je dis le rôle parlé ; car, dans la foule des seigneurs et des combattants, même quand il ne parle pas, on sent qu’il est présent et qu’il agit là où se trouve et agit la Pucelle [1].

  1. C’est lui qui, avec Ambroise de Loré, conduit la Pucelle jusqu’à Blois et jusqu’à Orléans. Quand Charles VII le détermine à suivre les inspirations de Jeanne, il dit à la jeune fille :

                      Et pour vous conduire voz gens
                      Aurez le mareschal de Rais,
                      Et ung gentilhomme vaillant
                      Ambroise de Loré arés ;
                      Esquelz je commande exprès
                      Où il vous plaisa vous conduisent,
                      En quelque lieu, soit loing, soit près *.

    (* Mystère du Siège d’Orléans, vers 11143 et suivants.)

    La Pucelle remercie le Roi et lui donne ses recommandations :

                      Roy, soyez tousjours humble et doulx
                      Envers Dieu ; il vous gardera **.

    (** Vers 11207 et suivants.)

    Sur quoi le maréchal de Rais dit aussitôt :

                      Dame, que vous plaist il de faire ?
                      Nous sommes au plus près de Blois ;
                      Se vous y voulez point retraire
                      Et reposer deux jours ou trois,
                      Pour savoir où sont les Anglois,
                      Aussi pour rafrachir vos gens,
                      Ou se vous aymez mieulx ainçois
                      Aller droict jusques à Orléans ?

    La Pucelle lui répond :

                      Monseigneur, je suis bien contans
                      Que à Blois donques nous allons,
                      Pour noz gens là contre atendans ;
                      Ce pendant, aussi penserons
                      De noz affaires, et manderons
                      Es Anglais que devant Orleans
                      S’en voisent, ou combatuz seront,
                      En mon Dieu, de moy et mes gens ***.

    (*** Vers 11,255 et suivants.)

    Lorsque Jeanne apprend que son héraut a été arrêté par les Anglais, elle s’écrie :

                      En mon Dieu, y n’ont pas bien fait ;
                      Pour certain, s’en repentiront,